matchs

présentation

 

Matchs
spectacle de théâtre instrumental pour deux violoncelles et percussions
Mauricio Kagel/Stéphane Guignard

Mise en jeu : Stéphane Guignard                                             
Violoncelles : Adeline Lecce et Jérémie Maillard                      
Percussions : Sébastien Clément

Cartographie lumières : Eric Blosse
Régie lumières : Vanessa   Lechat

Spectacle en 2 parties présentant d’une part la pièce Match de Mauricio Kagel, devenu « icône du théâtre instrumental », écrite en 1964  et d’autre  part,en réponse, la pièce Volte écrite en 2004 par Stéphane Guignard.
Cette proposition artistique s’inscrit dans le parcours de Stéphane Guignard qui travaille depuis plusieurs années sur la dimension corporelle de la musique et la mise en lumière de pièces contemporaines.
Questionnant ainsi le corps et les sons dans leurs résonances, il  entraîne les musiciens à défier l’instrument, déplacer l'écoute et chorégraphier le sonore
Mise en tension des joueurs. Mise en écoute du public

Match / 1964  de Mauricio Kagel
La pièce " Match " met en scène un duel sonore opposant 2 violoncellistes au jeu sportif
arbitré par un percussionniste au rôle confus et défaillant.

Elle confronte les incitations du percussionniste et les réactions des violoncellistes, et affirme nettement une contradiction entre les gestes des musiciens et le résultat sonore traités indépendamment l'un de l'autre. Ce match demande un dépassement de ses propres capacités ainsi que celles de son instrument non seulement sa technique mais aussi sa fonction, le rôle musical qui lui a été assigné, dans une lutte au corps à corps face à une écriture d'une grande complexité. C'est un acte d'émancipation pour l'instrument et l'instrumentiste.

 

 



Volte / 2004 de Stéphane Guignard
Après la virtuosité instrumentale du match de KAGEL, ce deuxième match souhaite
" désarmer " l'instrumentiste dans un duel sur le corps musical.
Dans un jeu arbitré par les lumières, 2 violoncelles se livrent à une danse/combat dans
l'intimité. Violoncelles sur roulettes, violoncelles boucliers, archets croisés ...
Le discours musical et scénique s'organise à partir de cette confrontation corps et  instrument, le corps pensé comme une altération musicale.
Le déroulement est conduit par l'énergie du geste, du face à face, le partenaire devient
défi, reflet, contraire, ralentissement de soi.
Cette " Volte ", imprégnée de rituel, oeuvre à une nouvelle forme de chorégraphie sonore pour délivrer une écoute particulière de la musique.


Diffusion
Octobre 2009,  Festival Ebruitez-vous!  Rennes
2006, Le Bouscat, Langon
2005, Le cuvier CDC d’Aquitaine, Théâtre Durance, Château-Arnoux (04), La muse en circuit, les nuits graves,  Festival du Violoncelle de Beauvais
Créé  le 29 octobre 2004 au Festival des Territoires Polychromes (CDMC/Paris).


Presse
Combat de sons : Luc Bourrousse - Sud Ouest 2005
« Matchs » allie musique, mouvement et lumières pour un spectacle d'une rare cohérence présenté demain soir par Eclats à Artigues - près - Bordeaux
La compagnie Eclats fêtera bientôt ses 18 ans : depuis 1987, Stéphane Guignard oeuvre inlassablement à la confluence des arts, élaborant de fascinants spectacles musicaux où non seulement le son, mais également le geste qui le fait naître sont pris en compte, considérés dans leur aspect visuel et dramatique. Dans ce contexte s'impose tout naturellement le nom de Mauricio Kagel, tant le compositeur argentin a fini par devenir la figure emblématique du théâtre instrumental de ces cinquantes dernières années et l'on a pu se rendre compte, lors de Novart, que sa production n'avait rien perdu de son impact.
Virtuosité. Eclats, sous le titre « Matchs », met en regard « Volte » de Stéphane Guignard et « Match » de Kagel, une pièce de 1964 où deux violoncellistes s'affrontent tout en luttant avec les redoutables difficultés d'une partition complexe (la virtuosité est une caractéristique primordiale de l'oeuvre de Kagel), aiguillonnés par un percussionniste imprévisible qui, dans le plus pur esprit kagelien, n'est jamais à l'abri d'une défaillance. En miroir, « Volte » propose aux deux instrumentistes d'autres affrontements, confrontant corps et instruments dans une sorte de combat à la fois chorégraphique et musical où les lumières d'Eric Blosse jouent un rôle essentiel. Adeline Lecce et Jérémie Maillard en sont les remarquables interprètes, avec la complicité du percussionniste Sébastien Clément dans « Match ». Le spectacle a été créé en octobre dernier à Paris, durant le festival Territoires polychromes du Centre de documentation de la musique contemporaine, après des résidences de création au Molière-Scène d'Aquitaine, au Grim Montévidéo de Marseille et au Cuvier de Feydeau d'Artigues, qui l'accueillera demain soir : belle implication autour d'une démarche unique dans son aboutissement.