matchs

C’est une double confrontation : entre deux violoncellistes sous l’arbitrage d’un percussionniste quelque peu imprévisible dans le Match de Mauricio Kagel, qui en 1964 offrait au théâtre instrumental un de ses chefs-d’œuvre ; entre cette pièce désormais historique mais toujours aussi spectaculaire et le Volte de Stéphane Guignard, composé quarante ans plus tard, dans lequel l’affrontement de deux violoncellistes est cette fois rythmé par le jeu des lumières. Au cœur du spectacle et lui insufflant son énergie, l’affrontement ultime entre le corps humain et l’instrument.